Pierro

A Anglet près de Biarritz, Pierre-Olivier Coutant, dit « Pierro », enseigne le surf. Mais Pierro, sourd de naissance, a dû surmonter son handicap pour devenir aujourd’hui un excellent moniteur très apprécié des jeunes. Ses élèves se montrent même un peu plus attentifs qu’avec les autres moniteurs à cause de son handicap. Mais Pierro a aussi le virus de la compétition. Déjà deux fois champion de France handisurf, il vise désormais plus haut avec les championnats du monde de surf pour malentendants qui auront lieu en octobre à Hawaï.

 

> Quand est-ce que tu t’es rendu compte que tu n’entendais pas ?

Mes parents ne s’en sont rendu compte que quand j’avais quinze mois.
Et encore, c’est pas eux c’est la nounou qui s’en est rendu compte, et à 15 mois, on m’a appareillé.
Je suis né comme ça donc il n’y a rien qui m’a marqué. Ce ne sont que des souvenirs racontés par les parents.

 

« J’ai appris à lire sur les lèvres tout seul. »

 

> Comment as-tu appris à lire sur les lèvres ?

Tout seul. C’est parce que j’ai pu entendre un peu, et puis ça se devine avec le mouvement des lèvres. Il y a l’expression faciale aussi.

 

>Quelles difficultés as-tu rencontré dans ta vie ?

Quand j’étais petit, les autres ne voulaient pas jouer avec moi.
J’étais mis un peu à l’écart parce que j’avais des gros trucs aux oreilles, et en plus j’avais des lunettes.
L’appareil était gros et m’écartait les oreilles. Il y en avait qui m’appelaient Dumbo.
Après les vraies difficultés c’était la prise de notes en cours. Quand j’écoutais le prof il n’y avait pas de soucis mais dès que je prenais des notes, je ne pouvais plus l’écouter. Parce qu’écouter me demande de la concentration. Il faut que je le regarde et que je le lise.

 

> Est ce que justement t’aurais pas développé ta mémoire, le fait de devoir emmagasiner des informations sans pouvoir toute de suite les retranscrire ?

J’ai une meilleure mémoire visuelle qu’auditive. Tout ce que j’entends ça rentre dans une oreille et ça ressort par l’autre, et encore ça ne rentre même pas (rires).

 

> Comment tu as vécu d’être mis à l’écart à l’école ?

Au début, les profs voulaient que j’aille dans une école spécialisée, mais moi je ne voulais pas. Après ils voulaient faire venir un spécialiste qui se serait mis au fond de la salle pour prendre des notes à ma place. Je ne l’ai pas fait non plus parce que je voulais batailler tout seul.

« Le fait d’avoir été mis à l’écart a fait que j’ai bataillé pour que mon handicap ne se voit pas. »

 

Ensuite, quand j’ai eu plus de difficultés, j’ai fait l’école par correspondance. Je n’ai pas eu de soucis jusqu’au bac. En fait ça dépend des matières, par exemple en histoire-géo il y avait beaucoup de prise de notes. Le prof parlait beaucoup, il donnait des fiches mais qui ne résumaient pas tout le cours. Je copiais les cours des autres, mais ce n’était pas idéal car les notes prises par d’autres sont trop personnelles.
Le fait d’avoir été mis à l’écart a fait que j’ai bataillé pour que mon handicap ne se voit pas. Je voulais me fondre dans la société, dans la foule.
Je sens que ça se voit, quand je parle. Maintenant les appareils sont discrets j’ai les cheveux un peu plus long. Je me suis aussi fait opérer des yeux au laser – j’étais astigmate hypermétrope. Je ne porte donc plus de lunettes depuis l’âge de 25 ans.

 

> Est-ce qu’il t’arrive d’avoir des coups de blues ?

Non, jamais. Peut-être du fait que je n’aime pas trop sortir là où il y a du monde. Je n’ai jamais aimé les boîtes de nuit, les boums… Mes potes en faisaient tout le temps mais je n’y allais jamais. Comme il y a beaucoup de monde et du bruit, et les gens ne me regardent pas forcément car ils sont dans un état d’esprit festif. Ils sont dans leur bulle et moi j’ai l’impression d’être dans la mienne.

 

> Est ce que tu écoutes de la musique ?

Oui. Mais je ne fais pas attention aux paroles, c’est plutôt la mélodie de la musique que j’apprécie. En ce moment j’écoute du vieux rock punk comme Blink 182. J’écoute aussi Jamiroquai et des trucs indus, ou electro-swing comme Chambermaid Swing par exemple. Ce sont des musiques avec beaucoup de percussions.

« J’écoute du vieux rock punk et de l’électro-swing. »

 

J’ai un casque, et je met assez fort. Et puis je suis hypersensible donc même quand ce n’est pas très fort je ressents quand même les vibrations de la musique.
Par exemple quand je marche dans la rue pieds nus, je sais s’il y a une voiture qui arrive derrière. J’ai commun une hypersensibilité au niveau des doigts, des pieds…
Par exemple, si toi tu es sur le trottoir et qu’il y a un bus qui passe, tu sens quand ça vibre. Et bien moi je sens ça mais en plus sensible.

 

 

> Aurais-tu une anecdote, une expérience particulière par rapport à ton activité, quelque chose qui t’a marqué ?

Oui, l’enseignement de l’utilisation des repères visuels dans l’eau. Comme je n’entends pas, je ne me base que sur la vue. D’autres surfeurs l’utilisent mais moi je le transmets davantage. C’est un élément clé pour moi pour choper la bonne vague. Quand il y a des supers conditions, les vagues cassent toujours au même endroit. Quand tu surfe près de la digue c’est facile, tu te repère en fonction de la distance à la digue. Mais quand tu es là-bas au loin, tu n’a aucun repère. Je dis à mes élèves: « tu vois le phare, c’est la distance entre ici et la plage. Et après tu regardes les bâtiments en face, tu prends un arbre derrière et tu l’aligne ». Du coup c’est un double repères. Et les autres n’y pensent pas forcément. Il y en a qui utilisent plutôt la foule comme repère: « les surfeurs sont tous là, et bien je vais aller là ». C’est ça leur repère.

 

> Quand tu surfe dans un tube, que ressens-tu ?

Le tube est une des figures les plus difficiles à faire. Quand je suis dans le tube j’ai l’impression d’être au ralenti. Tu es dedans, t’es trop bien, et après tu ressorts.
Alors que toi quand tu m’as vu dans le tube, tu m’as simplement vu passer dedans et ressortir. Mais moi j’ai l’impression d’être resté longtemps. Cela se passe aussi quand les vagues sont grosses et que j’arrive à décoller. J’ai alors l’impression de décoller longtemps. Dans ces moments-là j’ai l’impression que le temps se dilate. (Voir la superbe vidéo de Pierro ici: https://www.facebook.com/comptoirdusurf/videos/805094053026364/)

« Dans le tube, j’ai l’impression d’être au ralenti, que le temps se dilate. »

 

> Il t’es arrivé d’avoir des grosses gamelles, de passer dans la machine à laver ?

Ouais, et jamais de stress. Je suis tellement posé que je ne stresse jamais. Pour les mondiaux au mois d’août, j’ai pas de stress non plus. Le seul truc c’est que je vais avoir du mal à parler anglais pour communiquer avec les autres. Mais je suis content de pouvoir participer à cette compétition, et de rencontrer d’autres gens. C’est à Hawaï en plus, la Mecque du surf.

« Je suis tellement posé que je ne stresse jamais. »

 

> Combien tu tiens en apnée ?

Dans la baignoire mon record en apnée statique est de trois minutes. En effort physique tu tiens moins évidemment, peut-être 30 secondes à une minute. C’est déjà bien.
Dans les vagues tu n’es jamais sous l’eau plus de 15 secondes. Sauf quand c’est énorme comme à Belharra, où les vagues font 15 à 20 m de haut. Là tu peux rester 40 secondes sous l’eau. Je ne l’ai jamais fait mais j’aimerais bien. Tout le monde voudrait le faire. Mais c’est un certain budget car il faut un collègue qui t’amène avec jet-ski puissant. Puissant parce qu’il faut qu’il aille plus vite que les vagues. Et il faut aussi une planche lourde pour bien coller à la vague. Car sur cette vague, tu vas à plus de 80 km/h. Avec une planche légère, à cette vitesse, tu décolle.

 

> Ce projet de championnat du monde handisurf à hawaï, pourquoi le fais-tu et qu’est-ce que tu en attends ?

Aux championnats de france handisurf, on n’est que quatre surfeurs sourds. Les autres sourds restent souvent dans leur bulle, ils restent entre sourds.
Et c’est pareil dans chaque pays, ils ne sont que quelques-uns. Alors qu’avec les mondiaux on sera tous rassemblés là-bas. Et puis je ne vois pas ça comme une compétition. Je le vois plus comme une fête, un rassemblement convivial. Au retour des mondiaux je veux montrer cette image là aux autres sourds, et leur dire: « sortez de votre bulle, venez surfer ».

« Je veux dire aux autres sourds: sortez de votre bulle, venez surfer ! »

 

> Tu avais d’ailleurs parlé de faire des journées portes ouvertes pour les sourds ?

Oui. Ce n’est pas parce qu’on est handicapé qu’on doit être exclut, au contraire. Je pense qu’ils ne sont pas conscients qu’on est à égalité avec les autres, sourd ou pas, la tête dans l’eau c’est pareil…

« On est à égalité avec les autres, sourd ou pas, la tête dans l’eau c’est pareil. »

 

> Sophie me disait qu’elle avait constaté qu’ici, les gens étaient super cools et ouverts par rapport au handicap. Ce qui ne serait pas forcément le cas partout en France. As-tu constaté toi aussi une différence ?

Je ne m’en suis pas trop rendu compte. Même si à la Réunion ils m’appelaient « les oreilles »: « Eh z’oreilles ! ». Moi je pensais que c’était par rapport à mes oreilles, à ma surdité. Mais en fait non, tous les blancs français à la Réunion, on les appelle « les oreilles » parce qu’ils disaient « quoi, quoi ? » quand ils ne comprenaient pas le créole. Du coup ils ont fini par les appeler « les oreilles ». Et quand un français est marié avec une réunionnaise, les enfants sont appelés « les oréoles », mélange de oreilles et créole.

 

> J’ai entendu dire que beaucoup de sourds ont des problèmes d’équilibre, est-ce ton cas ?

Non, ce sont ceux qui ont eu un accident, avec un trauma de l’oreille interne.
Même si quand je ferme les yeux je perds un peu l’équilibre, car je me sers beaucoup de la vue.
Certains surfeurs ne peuvent pas mettre de bouchons parce que ça les déséquilibre aussi.

 

> D’ailleurs il y a cette maladie des surfeurs avec l’eau de mer froide dans les oreilles, tu l’as eu aussi ?

Oui, ça pousse en plusieurs années. Le tympan craint le froid, quand l’eau froide rentre dans l’oreille le corps humain réagit et fait pousser l’os dans le conduit auditif, pour « protéger » en quelque sorte. Cela fait des boules qui pousse et le conduit finit par se boucher. Il y a alors des risques d’infection. Dans mon cas, cela me réduisait encore le son, en plus de mon handicap. Je me suis donc fait opéré. Mais c’est après vingt ans de surf, donc ça va. Cela reviendra dans 10 ou 15 ans, et je me referai opérer.

« Le surf à la Réunion a été une révélation. »

 

> Est-ce qu’il y a dans ta vie une expérience qui t’a particulièrement marquée, un moment clé où il y a eu un avant et un après ?

Quand j’étais petit je faisais de la natation avec mon voisin. On était deux enfants, moi et ma soeur. Et les voisins, pareils que nous, mêmes âges. On était comme des frères et soeurs. Et donc Yoann, mon voisin, faisait de la natation avec moi. On faisait des compétitions régionales. Ensuite je suis parti à la Réunion. Lui a continué et a été vice champion de France. Je pense que si j’étais resté j’aurai suivi le même parcours. Mais après avoir découvert les vagues à la Réunion, j’ai abandonné la natation. Et je ne regrette pas. Lui a arrêté parce qu’il en avait marre d’enchaîner les entraînements pour gagner quelques dixièmes de seconde. Il fallait qu’il s’entraîne tous les jours dans un bassin. Alors qu’avec le surf, chaque vague est unique, c’est beaucoup plus ludique. Cela permet aussi de développer le sens marin.
Donc l’avant c’était la natation et l’après c’était le surf à la Réunion qui a été une révélation.

 

> Comment as-tu découvert le surf à la Réunion ?

Le week-end, on allait à la plage avec mes parents et ma soeur. J’avais dix ans. Je voyais les surfeurs qui se baladaient sur les vagues et je trouvais ça trop bien.
J’ai alors commencé à nager dans les vagues. Après on a eu des copains qui nous ont prêté des bodyboards. J’ai commencé à me balader sur les vagues et je commençais même à me mettre debout sur le bodyboard. Et puis un jour il y a eu un prof de surf, Bruno Valverde, qui a proposé à mes parents de m’offrir un cours. Je suis allé à un cours un samedi et depuis je n’ai jamais lâché.

« Bruno Valverde m’a offert mon premier cours de surf quand j’avais dix ans, depuis je n’ai jamais lâché. »

 

> C’est quoi pour toi le bonheur ?

Vivre tous les jours sans penser aux soucis, et apprécier la vie. Je ne regarde jamais les infos par exemple, puisque ce ne sont que des mauvaises nouvelles.
Là, ce matin, j’ai acheté le journal juste pour voir mon article, et je n’ai rien lu d’autre à côté. J’ai tendance à fuire la politique aussi, je n’y connais rien.
Le bonheur, c’est ne pas penser aux soucis et surtout profiter du présent.

 

> Est-ce qu’il y a quelque chose que tu apprécies quand tu enlève tes appareils et que tu es dans le silence ?

Je me sens plus concentré. Je me sens plus moi même. Je ne suis pas perturbé par le bruit et je développe davantage la vue et la sensation du toucher.
Je pense que cela m’a beaucoup aider pour avoir un bon sens marin dans le surf. Puisque dans l’eau j’enlève mes appareils. La vague c’est une énorme masse d’eau. Quand elle arrive on sent que le niveau de l’eau baisse, ça aspire pour faire une vague. Il y a des vagues normales et de temps en temps une grosse vague. Eh bien je sens souvent avant les autres quand la grosse vague qui va arriver. Et puis avec le vent aussi, je le sens directement. Je n’ai pas besoin d’un drapeau, de jeter du sable ou de me lécher le doigt pour sentir d’où vient le vent.

« Quand j’enlève mes appareils et que je suis dans le silence, je me sens plus moi même. »

 

 

> Le fait de devoir lire sur les lèvres, regarder l’expression des gens, etc, est-ce que tu ne devine pas plus ou mieux que les autres leurs intentions ?

Oui. Je sais quand quelqu’un me ment, ou n’est pas honnête.

 

> Quand tu vois des hommes politiques à la télé, est-ce que tu vois des choses que nous on ne voit pas ?

C’est arrivé quelques fois. Quand il parle au micro, des fois il y a une phrase qui n’est pas dite. Il parle mais j’entends une autre phrase avec la lecture labiale.
Et quand je regarde des films américains, ça me perturbe. Avec le doublage, je lis anglais j’entends français. Donc je préfère regarder en VO sous-titrée français.

 

> Est-ce que tu as des modèles, des personnes qui t’inspirent ?

Pas vraiment. Peut-être les surfeurs connus, mais je n’ai pas de préféré. Je suis plutôt mon propre guide.

 

> Est-ce que tu as envie de faire des compétitions normales, où tu n’es pas catégorisé comme « handi » ?

Oui, ça me plairait bien. Mais cela demande de l’entraînement tous les jours, et on ne peut pas travailler à côté. Il faut vraiment être surfeur professionnel.

 

> Est-ce quelque chose que tu envisage ?

Et bien à 30 ans, c’est trop tard. Tu es dépassé par les plus jeunes. C’est la génération d’après. Ils ont le matériel qui est mieux, les performances physiques…

 

> Tu me disais que tu es dans la fédération de handisurf, et comme tu es moniteur de surf, est-ce que tu envisages d’enseigner pour d’autres handicapés ?

Cela existe déjà. Mais en tant que handicapé qui transmet, ça peut être sympa aussi comme idée. Ce serait plus plus facile pour moi de me mettre à leur place et de leur transmettre ma passion.

 

> Pour soutenir la participation de Pierro aux mondiaux d’Hawaï : 

 


Galerie d’images

 


Alors, à qui le tour ?